Part des emplois selon le type d’employeur

En 2008, 322’942 personnes en EPT étaient occupées par l’administration publique centrale** avec un maximum de 57’747 à Zurich (devant Berne: 54’105) et un minimum de 344 pour Appenzell Rhodes-Intérieures. 35’162 personnes (10,9%) travaillaient pour la Confédération, 136’967 (42,3%) pour les cantons (y compris les districts), 115’368 (35,6%) pour les communes et 36’555 (11,3%) pour les corporations de droit public. Entre 1995 et 2008, ce dernier type d’unité a vu ses effectifs pratiquement doubler, passant de 17’000 à 36’500. Les cantons et les communes sont les employeurs les plus importants de l’administration publique, avec une évolution relativement stable pour les communes et une tendance au renforcement pour l’échelon cantonal. L’évolution des emplois par type d’employeur est présentée dans le graphique ci-dessous.

(Cliquer sur les cartes pour zoomer)


Les cantons de la Suisse latine apparaissent comme plus cantonalisés, alors que la majorité des cantons alémaniques ainsi que le Valais possèdent davantage d’employés relevant de l’échelon communal. Les emplois des corporations de droit public sont surreprésentés à Zurich, Neuchâtel ainsi que dans le canton de Vaud. La part des emplois de la Confédération est plus élevée pour les cantons de Berne, Neuchâtel, Obwald, Schaffhouse, Tessin et Uri, ceci s’expliquant par des activités liées à l’armée, aux douanes et/ou par la présence d’offices ou de services fédéraux.

Densité administrative selon le type d’employeur

Le taux d’administration centrale pour 1000 habitants permet d’estimer la taille de l’Etat par rapport à la population. Cet indicateur couvre les quatre unités institutionnelles suivantes: Confédération, cantons et districts, communes, corporations de droit public (voir Définitions). Tous niveaux confondus, la densité administrative est plus élevée dans les deux cantons-villes frontières (Bâle-Ville et Genève, respectivement 63 et 61 EPT pour 1000 habitants), mais aussi à Berne (capitale fédérale: 56). La Suisse latine, les zones frontières et les centres affichent une densité supérieure à la moyenne, caractéristique des régions offrant davantage de prestations socio-économiques.

(Cliquer sur les cartes pour zoomer)


La taille de l’Etat cantonal (46 pour 1000 habitants au total) est la plus élevée dans les cantons romands (FR, GE, JU, VD) et également à Bâle-Ville (41) alors que l’Argovie, Schwytz et Zurich présentent moins de dix employés de la fonction publique cantonale pour 1000 résidents. La densité des employés communaux (total 36,7), est nettement plus élevée en Suisse orientale et à Zurich mais très faible dans le canton de Bâle-Ville (2,1) ainsi qu’à Fribourg (5,2), canton connaissant encore le système des districts.

En 2008, 7,8 personnes (en EPT) pour 1000 habitants étaient occupées par la Confédération avec un maximum de 23 à Berne et un minimum de zéro pour Appenzell Rhodes-Intérieures. C’est à Bâle-Ville et à Zurich que l’on dénombre la plus forte densité d’emplois pour les corporations de droit public (12,2 et 15,5 EPT pour 1000 habitants; 8,4 au niveau suisse contre 0,15 à Schwytz et 0,2 à Fribourg).

(Cliquer sur les cartes pour zoomer)


Parmi les villes, ce sont les capitales cantonales qui affichent des taux plus élevés, avec des pics dans les villes hébergeant les institutions fédérales et/ou cantonales: Berne (164,2 pour 1000 habitants), Ittigen (132), Aarau (118,2), Liestal (117,8) et Bellinzone (117,6) et des minima à Richterswil, Chêne-Bougeries et Arth (<3). La densité administrative est aussi plus élevée dans les villes tessinoises et de l’Espace Mittelland et plus faible pour les villes zurichoises et romandes, ceci s’expliquant par le plus grand nombre de villes prises en compte dans la moyenne (si l’administration d’un seul chef-lieu ou d’une seule ville d’un canton est prise en compte, cela peut mener à une valeur plus élevée).

(Cliquer sur les cartes pour zoomer)


Quant à l’évolution récente, on distingue deux périodes: entre 2001 et 2005, on constate une augmentation des emplois de l’administration publique dans pratiquement toutes les villes. La période suivante, 2005 à 2008, est caractérisée par une diminution perceptible surtout dans les grandes villes (Berne, Genève, St-Gall, Zurich) mais aussi à Sion, Zoug et Coire, alors que d’autres, plus petites, continuent de renforcer leurs emplois dans les administrations publiques (Bellinzone, Lugano, Schaffhouse, Thoune).

**Administration publique centrale : unités institutionnelles publiques non marchandes, soit l’administration publique au sens strict, des formes juridiques 20-24: Confédération, cantons, districts, communes, corporations de droit publics (OFS-BADAC).

Le texte et les cartes ci-dessus sont tirés de l’«Atlas de l’Etat. Cartographie du fédéralisme suisse».

L’SSSA va publier ces prochains mois, environ tous les six semaines, des articles de focalisation illustrés de cartes portant sur les thèmes suivants:

Profil du personnel
Profil des autorités (1)
Profil des autorités (2)
– Organisation et taille de l‘Etat
– Evolution des structures étatiques
– NGP/Modernisation de l’Etat
– Finances publiques

Dans quelques semaines paraîtra l’article sur l’evolution des structures étatiques. Ne ratez pas cela!

Renseignements: Dr. Christophe Koller, responsable de la BADAC, chef de projets à l’IDHEAP et directeur opérationnel de l’ESEHA; Tél. +41 (0)21 557 40 67; christophe.koller@idheap.unil.ch.

Commande de l’Atlas de l’Etat ici.

C. Koller, A. Hirzel, A.-C. Rolland, L. de Martini (2012), Staatsatlas. Kartografie des Schweizer Föderalismus / Atlas de l’Etat. Cartographie du fédéralisme suisse, Zürich: NZZ-Libro, 2012.