La CSI a été fondée en 1975 dans le but de promouvoir la coopération dans le domaine des technologies d’information et de la communication (TIC). Les organes de la CSI se composent du Comité directeur, de l’Assemblée de travail qui se réunit deux fois par an, l’Office technique à Berne ainsi que des groupes de travail qui travaillent sur des thèmes spécifiques. La CSI est financée par les contributions du gouvernement fédéral, des cantons et des grandes villes. Les communes et les institutions dont la participation provient majoritairement des pouvoirs publics (comme les hôpitaux, les bibliothèques, les établissements de formation, les services industriels) sont membres dans leurs cantons répondant, sans avoir à payer une contribution.

De meilleures conditions d’achat pour les membres

La CSI a conclu pour ses membres des accords avec des fournisseurs et des prestataires de services TIC. Grâce à ceux-ci, les membres de la CSI bénéficient de meilleures conditions d’achat de matériel, de logiciels et de services, et peuvent réduire leurs coûts d’acquisition. Vous trouverez une vue d’ensemble de tous les accords-cadres sur le site intranet de la CSI (https://intranet.sik.ch), accessible pour toutes les administrations publiques, qui sont connectés au réseau administratif du gouvernement fédéral, des cantons et des communes. Les communes qui ne sont pas connectées au réseau de votre canton peuvent également accéder à intranet avec le nom d’utilisateur et le mot de passe grâce aux informations disponibles sur internet. Vous pouvez solliciter l’autorisation d’accès à l’office technique de la CSI (http://www.sik.ch/intranet.html). La CSI a élaboré pour ses membres des conditions générales (CG) afin de garantir des rapports contractuels équitables entre les administrations publiques et les fournisseurs de TIC. D’une part, les ratifications de contrat dans l’administration seront donc simplifiées et d’autre part, les fournisseurs de TIC ne devront pas faire face à de nombreuses variantes de conditions générales. Vous trouverez également sur intranet un aperçu sur tous les groupes de travail et sur les thèmes et les résultats qu’ils ont traités.

Les communes et les villes peuvent également en profiter
 
Bien que la majorité des communes ne soit pas directement représentée dans la CSI et que leurs intérêts se fassent valoir indirectement par l’intermédiaire de leur représentant cantonal ou de l’Association des Communes Suisses, ou de l’Union des Villes Suisses dans la CSI, toutes les administrations publiques et également toutes les institutions parapubliques peuvent bénéficier directement des activités de la CSI. Cette évolution est perceptible principalement au niveau des contrats-cadres. Les communes et les villes utilisent maintenant toutes sortes d’outils TIC pour l’exécution de leurs tâches. C’est de toute façon utile de contrôler, lors d’acquisitions, si les fournisseurs qui sont retenus après sélection ont ratifié des accords-cadres avec la CSI. Lorsque le contrat a été conclu, celui-ci fera référence aux conditions générales de la CSI, ce qui facilite considérablement le travail de la commune. Les contrats-cadres ne sont pas seulement intéressants pour leurs grands projets d’acquisition, ils peuvent tout à fait remettre en question la conclusion d’un abonnement téléphonique, qu’il soit nouveau ou supplémentaire, ou l’achat d’équipements et de fournitures. Les possibilités d’utilisation des TIC ont augmenté de façon spectaculaire au cours des dernières décennies. Parallèlement, les TIC sont devenues plus complexes. Elles nécessitent des compétences spécialisées. Mais il n’est pas toujours possible de disposer de ses propres professionnels dans toutes les administrations publiques. D’autant plus que cela nécessite une coopération et un échange d’expériences. Dans les groupes de travail de la CSI, ils travaillent sur différents thèmes, et leurs connaissances sont à la disposition des membres. La CSI a soutenu cette initiative depuis sa création. Dans de nombreux groupes de travail, les sujets sont approfondis, et toutes les connaissances acquises sont mises à la disposition de l’ensemble des membres. Un des exemples de groupes de travail qui ont pour objectif la coopération régionale et l’échange d’expériences est le «Groupe latin» formé des chefs informatiques de la Suisse romande et du Tessin, ou le groupe «IK-Ost» avec les chefs informatiques des cantons suisses de la Suisse orientale. Concernant les thèmes spécialisés, les groupes de travail traitent, par exemple, la «bureautique» et les «systèmes d’information géographique SIG». D’autres groupes traitent de questions plus générales et organisationnelles comme le groupe de travail «Coopération TIC Confédération – cantons – communes». Pour les communes revêtant un intérêt particulier, il existe le groupe de travail «Informatique des villes et communes». Il aborde des questions d’actualité en matière de TIC, qui sont pertinentes pour les communes intéressées. Par exemple, la sollicitude d’un «Bureau des objets trouvés Suisse» a été évalué, et un contrat-cadre a été conclu en utilisant un système de logiciel choisi.

Séance plénière fin octobre à Berne

Chaque année, le groupe de travail SGI organise une séance plénière à laquelle les responsables des villes et des communes sont invités. La cinquième séance aura lieu le 29 octobre 2013 à Berne. Plusieurs exposés sont prévus sur les applications logicielles dans l’éducation, la gestion et la documentation des processus administratifs, et la problématique de la «licence juste». La conférence offre également la possibilité d’interagir avec des représentants d’autres administrations et d’établir des contacts avec les fournisseurs.

La version orginale était publiée dans le magazine «Commune Suisse» 6/2013 de l’Association des Communes Suisses.

Sur les auteurs:

Rudolf K. Spiess est le président du groupe de travail «Informatique des villes et communes» et Urs Jermann est le secrétaire général de la CS.